JARDIN D'ECOLE

 

 Le 1er février, les stagiaires de l'école de la 2ème Chance ont remis la somme de 217 € à Francine Laporte sous l'oeil attentif de Kirsten Blanchetta, la formatice qui a tutoré le projet et de Sarah, étudiante Bac pro, qui en a assuré le déroulement.

 

L' ECOLE de LA 2ème CHANCE
  Contacts – Relais : Kirsten Blachetta
E2C  AURILLAC -Cantal

 dans le cadre du projet professionnel de Sarah, stagiaire en BAC PRO au Lycée Saint Joseph - Aurillac

et

L'ECOLE FRANCAISE DE BOULANGERIE d'AURILLAC

 



 


UN

PARTENARIAT  

SOCIO- EDUCATIF

REUSSI

LE PROJET :     Contribuer à la réalisation

   d’un jardin  à l’école de BOUSSOUM

L’école de Boussoum est une école rurale située dans la brousse sahélienne, au nord ouest du Burkina Faso, à quelques kilomètres du Mali.

Elle reçoit les élèves du CP au CM2. ( CP1, CP2, CE1, CE2, CM1, CM2 ).

Depuis l’année 2006, date du début de notre action humanitaire, une forte progression des inscriptions a été enregistrée. A la rentrée de septembre 2011, on peut se réjouir de savoir que 525 élèves sont scolarisés avec un bon pourcentage de filles ce qui est très important pour la place de la femme dans la famille et dans la société.

6 maîtres sont affectés sur cette école, donc les classes sont excessivement chargées en effectif.

Bien que l’état fournisse des livres et des cahiers (en nombre insuffisant cependant), il y a très peu de matériel dans ces classes et bon nombre d’enfants s’assoient par terre.

 

L’AIDE QU’APPORTE NOTRE ASSOCIATION :

 Chaque année notre association affecte une somme importante pour l’achat des tables-bancs, des crayons, des feuilles, des craies …

Nous payons aussi l’inscription annuelle des nouveaux élèves à l’école.

Nous améliorons les conditions de vie des élèves en achetant des « pousse-pousse » pour aller chercher l’eau au puits et en achetant du matériel pour la cantine.

Nous contribuons à l’achat des réserves alimentaires pour la cantine, chaque année.

 MAIS LA CRISE ALIMENTAIRE S’INSTALLE

Pourquoi ?

L’économie du Burkina, et notamment en ce qui concerne le village de Boussoum, est basée sur l’agriculture dont la production n'est pas soumise à des règles de gestion organisée.

Les récoltes ont lieu à la fin de la saison d’hivernage ou saison des pluies, en septembre ou octobre.

En septembre 2011, une récolte désastreuse a placé le nord et le nord ouest du Burkina Faso en situation de disette : plus de mil, de sorgho ou tout autre céréale.

La crise politique du Mali a fait fuir au Burkina une partie de la population malienne limitrophe, créant un surplus de bouches à nourrir.

 Lire : http://www.wikistrike.com/article-famine-au-burkina-faso-les-paysans-se-nourrissent-de-feuilles-d-arbres-105406939.html

http://revelationbible.free.fr/famines.html

http://www.youtube.com/watch?v=lsXYY5gynOg

 Que pouvons-nous faire ?

Dans l’urgence :

Au 14 juin 2012, nous avons injecté de l’argent pour aider le village : avec notre aide financière, c’est 5 tonnes et demi de maïs qui ont été achetées pour l’alimentation de la population de Boussoum, mais c’est bien peu sachant que le village compte presque 5000 habitants.

 

 Pour un développement durable :

Il faut constituer une réserve alimentaire pour les élèves en mettant en place un jardin d’école.

 

Présentation d’une expérience au Burkina :

 coût de l'action : 370 000 CFA  = environ 600 €

 

 La mise en œuvre sur le terrain

 

Le Président de l’Amicale des Parents d’ Elèves, la Présidente des Mères Educatrices seront chargés de l’achat du matériel.

 Le trésorier de l’APE et le trésorier de l’AME seront chargés de la vente des produits s’il y a lieu.

Les élèves seront chargés de l’entretien du jardin

 Le Directeur sera chargé de superviser les différentes actions.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site